Sensoriel

le LABYRINTHE TACTILE

Les doigts et les mains sont le prolongement de notre cerveau.
Rien de plus intime que le toucher ! On en garde des traces gravées dans la mémoire même avant la naissance. 

Chez l’enfant, le toucher et le goût sont les deux piliers de la relation aux objets et aux autres.

Chez l’adolescent, les distractions extérieures – et surtout les écrans – auraient des conséquences négatives sur le développement émotionnel et social.

Chez la personne atteinte d’Alzheimer, le contact d’un tissu, peut suffire à ressusciter des souvenirs enfouis. 
La mémoire du toucher raconte une histoire Elle parle des sensations éprouvées mais aussi des relations aux autres. C’est la plus riche et la plus personnelle de toutes les mémoires.

Le « Labyrinthe Tactile » est un jeu qui se pratique dès 2 ans avec un adulte.
On l’utilise pour se détendre pendant la longue période d’âge scolaire, entre deux exercices de concentration, de réflexion, d’examen, … etc
L’enfant doit être disponible et disposé à ce moment de calme et de détente.

L’adulte peut utiliser cet outil de sophrologie tactile pour se détendre ou se concentrer.

La personne atteinte d’Alzheimer peut l’utiliser pour travailler avec ses doigts et non sa mémoire immédiate.

  • Ceux qui ont utilisé et recommandent  le labyrinthe tactile :
    des orthophonistes, des ergothérapeutes, des psychomotriciens, des sophrologues, des  éducateurs, des enseignants et des parents !

Le toucher peut être aussi un jeu.

Comme les adultes qui jouent au Colin-Maillard depuis le Xème siècle, les enfants sont en capacité d’utiliser leur mémoire tactile pour découvrir des objets avec le jeu de la « Chasse aux graines ».

Jeu de toucher avec les yeux bandés pour reconnaître des objets du quotidien …

la chasse aux graines

  • Ceux qui ont utilisé et recommandent  le jeu de la Chasse aux graines :
    des enfants, des animateurs, des éducateurs, des enseignants et des parents !

CADRES D'HABILLAGE

Les cadres d’habillage répondent aux besoins pour l’enfant*, comme pour la personne* porteuse d’handicap ou de vieillissement, comme pour l’adulte qui l’accompagne, de s’habiller, d’ouvrir une trousse ou un sac, lacer ses chaussures, fermer sa veste … en toute autonomie.

Pour cela, l’enfant* a besoin d’aide, entrainement, et de petits exercices complémentaires aux différents modes d’ouverture et de fermeture qu’il trouve dans son quotidien.

Trois niveaux de difficulté à partir de 2 ans :
– cadres des boutons pression et fermeture zip
– cadres des velcro puis des boucles
– cadres des lacets, des rubans vers 4 à 5 ans

  • Ceux qui ont utilisé et recommandent  les cadres d’habillage :
    des enfants, des animateurs, des éducateurs, des enseignants et des parents !